La troupe à Yvon 

La Troupe à Yvon, toute une histoire ...                                                               

2004,

Tout commence par une résidence de Yvon Chaix,

à Rocheplane, (St Hilaire)

pour mise en scène de pièces de théâtre (pour les les St Hilairois)

et la mise en place d'un atelier pour les patients

et le personnel de Rocheplane

(Marie Perrin, Bruno Godard, Émilie Hecquet entre autres ...)



2005

Rendu d'atelier

Musée de la peinture Grenoble


Lydie Salvayre : "La compagnie des spectres",

"Que les vers mangent le bœuf mort", "Contre".

Edward Albee : "Qui a peur de Virginia Wolf?"

William Shakespeare : "Roméo et Juliette"


 

2006

Rendu d'atelier

Musée de la peinture Grenoble


Tennessee Williams : "Un tramway nommé désir"

Harold Pinter : "Célébration"

Joël Egloff : "Les ensoleillés"

Jean Claude Grumberg : "L'atelier".


 

2007

Déménagement de Rocheplane à St Martin d'Hères,

et fin la résidence de Yvon.

Et en 2009 Yvon reprend son Atelier au musée

de la peinture place de Verdun, avec l'aide de Marie Perrin.


 

2010

Rendu d'atelier

Musée de la peinture Grenoble


Denise Bonal : "Passions et prairies"

David Graig : "Le dernier message du cosmonaute

à la femme qu'il aima un jour dans l'ex-union soviétique"

Sylvain Levey : "Petites pauses poétiques"

Christian Caro : "Opération à cœur perdu"

Christian Rullier : "Les monologues"

Dominique Carleton : "Une voix pour toutes"

Adeline Picault : "Et Elsa boit"

Hanokh Levin : "Le voyage organisé"

Agnès Jaoui et Jean Pierre Bacri : "Cuisine et dépendances"

Jean Michel Ribes : "Palace"


 

2011

  Rendu d'atelier

Musée de la peinture Grenoble


Markus Köbeli : "Peep-show dans les Alpes"

Jean Michel Bouchard : "Les muses orphelines"

Françoise du Chaxel : "Des traces d'absence sur le chemin"

Xavier Durringer : "Histoires d'hommes"

Gérald Sibleyras : "Stand-up"

Denise Bonal : "Turbulences et petits détails"

"Faut reconnaître c'est du Audiard" écrit par Yvon Chaix

d'après des dialogues de films de Michel Audiard


 

  Départ de Yvon remplacé par son élève Hélène Gratet,

et sous sa direction, participation au festival de théâtre amateur

de la la FAÏENCERIE, à la Tronche :


 

2012

LE MAL ENTENDU

D’après «Le suicidé» DE NICOLAÏ ERDMAN


Le12 et 13 juin

À la chapelle du collège MONTFLEURY,

38700 CORENC

 

 

2013

  KROUM 

d'après "Kroum l’ectoplasme" de Hanokh Levin


Pièce avec deux enterrements et deux mariages

Traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz.

(Éditions Théâtrales, Théâtre Choisi I – Comédies)

Participation au festival de théâtre amateur de la la FAÏENCERIE, à la tronche


Kroum a 38 ans. Il revient dans son quartier, chez sa mère,

après avoir tenté sa chance à l’étranger. Bredouille, retour à la case départ,

aux mêmes amis et aux mêmes rêves. En attendant le coup

de baguette magique qui viendra le propulser ailleurs, riche

et dans les bras d’une superbe femme, Kroum parle d’écrire un roman.

Entre deux mariages et deux enterrements Kroum sillonne les rues

de sa jeunesse en comprenant pourquoi il les a quittées et sans comprendre

pourquoi il y est revenu. Il retrouve ses amis et ses anciennes amours

Trouda-la-bougeotte, Doupa-la-godiche, Tougati-l’affligé…

De ce retour du fils prodigue, Hanokh Levin illustre merveilleusement

ce qu’est une vie : un temps,nourri d’attentes et de rêves,

encombré des difficultés du quotidien et de la vie en société.

 

 

2014

LAMBEAUX D’UN MONDE PARFAIT

Théâtre sans pièce ni tête.


Les comédiens vous invitent à une parade endiablée,

on dirait qu’ils regardent le monde comme une boule à facette.

Il sont 6 et portent tous les possibles.

Ils se rejoignent sur les questions sempiternelles, universelles, et irrésolues.

Comme des points cardinaux, les 4 thématiques ancestrales donnent le squelette du spectacle.

I. Les origines du monde

II. L’amour

III. Le jeu

IV. La mort

On peut suivre les tribulations de 6 personnages en quête de sens.

Car des auteurs, ils en ont trouvés en chemin !

Ils joueront des scènes extraites de textes de Daniil Harms,

Marion Aubert ( Les Histrions),Olivier Py ( Les illusions comiques),

Jean Luc Lagarce ( Nous,les héros),

Jean Racine (Andromaque), Paul Claudel ( L’échange, Le soulier de Satin)

Ils joueront des scènes inventées au gré des improvisations.

Vous reconnaîtrez sans doute des chansons anciennes, et familières.

( Tout un florilège qui va de Boris Vian à Richard Cocciante,

en passant par Jane Birkin, Marie Dubas ou Jeanne Mas ! )

Du réalisme, jamais, sauf dans les chansons de Fréhel, Damia, Piaf.

De l’amour, surtout, avec des mélodies qui accrochent le cœur.

 

 

Jérémy Buclon remplace provisoirement Hélène Gratet, et sous sa direction :

 

2015

LE ROI NU

  d'Evgueni Schwartz


Répétition Salle Ambroise Croizat à SMH

Espace culturel René Proby, les 3 et 4 juin

Monter « Le Roi Nu » aujourd’hui, c’est restituer un portrait burlesque

des tyrans totalitaristes du XXème siècle.

A la fois profond par la pertinence des traits de ce tyran, et à la fois délicieusement drôle,

cette pièce écrite en 1934 par Evgueni Schwartz est une comédie grotesque.

C’est-à-dire qu’elle zoome sur l’image.

Elle est composée à partir de trois contes d’Anderson : « Le porcher », « La princesse au petit pois »

et « Les habits neufs de l’empereur ».

Mettre en scène ce texte avec la Troupe à Yvon, c’est faire confiance

à la générosité de ce groupe d’adultes, à leur vivacité, à leur regard,

à leur énergie. C’est réfléchir ensemble sur notre présent, notre société,

notre rapport au pouvoir. Mais d’une façon ludique.

Et avec l’humour féroce et lapidaire de la pièce.

 

 

2017

Atelier théâtre autour de l’écriture

de Joël Pommerat.


Depuis septembre 2016,

nous avons choisi de travailler cet auteur

et metteur en scène qui propose une vision fine

et sensible de notre société.

Qu’il parle de la Révolution Française (un des événements

fondateurs de notre société actuelle)

ou qu’il parle de l’amour filial, amoureux ou amical,

il dresse un portrait saisissant de l’humanité en général.

Ce 12 décembre, nous présenterons donc quelques scènes

que nous avons travaillées ensemble.

Ce ne sera pas une représentation mais un rendu de travail

car nous n’avons eu que trop peu de temps.

Mais je tenais néanmoins à ce qu’il y ait une présentation



A nouveau sous la direction et la mise en scène d'Hélène Gratet :

 

2016

C A B A R E T


(Salle Romain Rolland St Martin d'Hères)

La troupe à Yvon dévoile un miroir du monde,

à travers des morceaux de théâtre,

des chansons, des revues. Est-ce un cabaret ?

On dirait … A vous de voir, et de rentrer,

avec la jeune première, dans les méandres de nos solitudes,

dans des numéros loufoques

et expérimentaux, ou chaque acteur, pour vous,

juste le temps d'un soir,

se promène dans ses désires et ses failles …

Un florilège visuel, vocal, textuel,

pour passer doucement l'hiver. Venez dans le velours

du rire et des larmes!

Dans ces explorations de nos bizarreries humaines !


La troupe à Yvon vous promet une soirée déjantée !

 

 

2017

La réunification des deux Corées

  de Joël Pommerat


Répétition et présentation

Salle Ambroise Croizat à SMH

En une mosaïque d'instants singuliers,

la Réunification des deux Corées,

explore la complexité des liens amoureux.

Amants, amis, couples mariés ou adultères,

vieilles histoires et relations passagères

esquissent un tableau réaliste de ce qui nous attache

et nous déchire en même temps. Réel ou ressenti,

il n'y a pas d'amour, il n'y a que des manques d'amour!

 

 

Danièle Klein remplace Hélène Gratet, et sous sa direction :

 

2018 

Cent cinquante marks 

de Otto von Horvath


Répétition et présentation salle Ambroise Croizat à SMH

"Cent cinquante marks" ou "la foi l'amour et l'espérance"

est une chronique de la misère ordinaire

de l’Allemagne d’entre-deux-guerres

qui résonne encore aujourd’hui avec une inquiétante modernité.

L’histoire d’une jeune fille, comme les autres,

Élisabeth, prise dans les rouages

de la machinerie des articles de loi, ou des services sociaux,

qui fonctionnent comme des machines

à broyer les plus humbles.

Ödön von Horváth a composé cette « petite danse de mort »

en s’inspirant du récit d’un cas authentique.

Lorsqu'en 1933, à Berlin,

les nazis brûlent les livres, ceux  d'Horváth en sont,

et sa pièce ne peut être présentée.

Ce n'est qu'en 1936, qu'il réussit à la monter à Vienne !

 

 

Retour d'Hélène Gratet,et sous sa direction :

 

2019

Le Malade Imaginaire

De Molière

Espace Culturel René Proby, novembre 2019


Il y a dans ce texte un chant d’amour pour le théâtre,

Il porte l'essence du grotesque, du guignol.

Et dans cette pièce testamentaire,

derrière les masques, on ne triche plus.

Ou plutôt on met en scène son mal

dans un dernier "pour de faux", comme pour le conjurer. 

En effet, quiconque travaille sur le Malade Imaginaire

ne peut oublier que Molière a agonisé en jouant Argan.

Cette pièce est un abîme génial ou, plus que jamais,

se regarde et la fable, le corpsle fantasme, le faux et le vrai.

Le tragique est là : l'homme est inconsolable devant la mort.

Et le tour de force est de cacher cette misère

pour écrire finalement une comédie humaine,

une parfaite mécanique de jeu.

 

 

 

 

Il y a dans ce texte un chant d’amour pour le théâtre, il porte l’essence du grotesque, du guignol. Et dans cette pièce testamentaire, derrière les masques, on ne triche plus. Ou plutôt on met en scène son mal dans un dernier «  pour de faux », comme pour le conjurer. En effet, quiconque travaille sur le Malade imaginaire ne peut oublier que Molière a agonisé en jouant Argan. Cette pièce est un abîme génial où, plus que jamais, se regardent le réel et la fable, le corps et le fantasme, le faux et le vrai.
Le tragique est là : l’homme est inconsolable devant la mort. Et le tour de force est de cacher cette misère pour écrire finalement une comédie humaniste, une parfaite mécanique de jeu.
Et je crois que je ne pourrai, pour la Troupe à Yvon, trouver de meilleure pièce pour célébrer le théâtre, pour que chacun puisse s’essayer à traverser plusieurs de ces personnages, car ici la distribution, comme la vie, sera mouvante.
Il n’y aura que des figures, des masques, pour dire l’absurdité et la tendresse de cette vie.

Service gratuit et accessible à tous

Créer un site pro